Colombie-Britannique Explore

Où observer les ours noirs sur l’île de Vancouver ?

Je marchais en chantonnant, lorsque je l'ai entendu : ce bruit caractéristique d'un animal qui sort d'un buisson. Trop imposant pour être un renard. Et il n'y a pas de renard sur l'île.

Même si la star de l’île, c’est l’orque, l’ours noir lui fait de la concurrence. Vancouver Island a la plus grande concentration d’ours noirs en Colombie Britannique, il y en aurait entre 7000 et 8000 sur l’île. Les black bears de l’île sont différents de ceux du continent, plus gros et plus foncés. Ils sont aussi, d’après les locaux, moins agressifs car ils hibernent moins longtemps et trouvent de la nourriture plus facilement. À ne pas confondre avec son cousin éloigné le grizzli, qui lui est une sous-espèce de l’ours brun, et se trouve exclusivement sur le continent.

Quelle différence entre un ours noir et un grizzli? 
Bon déjà, l’ours noir, c’est mignon, on dirait une grosse peluche. Le grizzli, un peu moins. Ensuite, c’est qu’avec le premier, vous avez une chance de vous en sortir, avec le second s’il a envie de vous bouffer c’est fini pour vous. Plus sérieusement, ce site explique bien mieux que moi comment les reconnaître.

Sur l’île, pas de grizzli donc, et lorsque je me rends à MEC pour acheter une bombe à poivre, l’accessoire indispensable en cas d’attaque d’ours, on me rit presque au nez : « Si vous restez sur l’île, pas besoin de ça, nos ours ne sont pas dangereux. » Ah, bon.

En effet, les attaques d’ours noirs sur des humains sont très rares. Et encore plus sur l’île où ils ont l’habitude de nous côtoyer. Cependant, on parle d’un animal sauvage qui pèse 2 fois notre poids, peut grimper aux arbres et courir à 50km/h. Quelques précautions sont d’usage. Voici les conseils que j’ai pu obtenir auprès des locaux.

Quel comportement adopter en présence d’ours noir ?

Se déplacer en groupe

En groupe, on est plus imposant, et on a tendance à faire plus de bruit, ce qui décourage l’ours qui nous considère alors comme supérieurs à lui. Ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas randonner seul, il y a juste quelques précautions supplémentaires à prendre. J’en parle notamment dans l’article Préparer le Juan de Fuca Trail. Par exemple le fait de tenir un bâton ou de faire du bruit, ce qui nous amène au second point.

Signaler sa présence

L’ours peut attaquer lorsqu’il est surpris, qu’il se sent menacé, surtout les femelles accompagnées d’oursons. En faisant du bruit, on signale notre présence à l’ours qui a le temps de filer avant que l’on ne soit trop proche. Les ours ont une très bonne ouïe et un très bon odorat, par contre ils ne voient pas grand chose.

Quand on randonne seul(e), pas évident de faire du bruit en permanence. Prendre un bâton pour taper de temps en temps sur le sol, chantonner, parler tout seul… Quel que soit le moyen, pensez à vous manifester lorsque vous êtes seul sur un sentier. Il y a une fausse croyance selon laquelle la clochette serait efficace, cependant il n’y a pas de preuve que l’ours associe ce son aux humains.

Cacher la nourriture

Les ours sont attirés par la nourriture, parfois même par les produits cosmétiques. La plupart des sites de camping ont des box où vous pouvez stocker les produits comestibles pour la nuit. Pour les trails les plus reculés, notamment ceux du nord de l’île, il peut être judicieux de prendre avec soi une boite hermétique (bear box). Sinon, la bonne vieille technique de suspendre son sac de bouffe à un arbre loin de votre tente fonctionne aussi . Vous n’avez vraiment pas envie qu’un ours passe faire un coucou dans votre tente la nuit.

Garder ses distances

L’ours est un animal sauvage, il n’est pas fait pour côtoyer de trop près les humains. On ne peut pas prévoir ses réactions, même s’il ne semble pas agressif. Les ours noirs de l’île s’approchent de plus en plus des villes pour trouver de la nourriture, ce qui cause des problèmes. Il est donc dangereux pour nous et pour eux de les habituer à une présence humaine. L’ours ne doit jamais penser que notre nourriture est facile à obtenir, car il en perdrait sa peur des humains.

J’ai vu pas mal de photographes prétentieux s’approcher de très près des ours dans l’espoir d’obtenir la meilleure photo, c’est juste inconscient et irrespectueux. Un bon photographe animalier sait qu’il faut respecter l’espace vital de l’animal et ne pas le stresser. Quelle est la distance à respecter? Tout dépend du contexte (par exemple s’il y’a une rivière entre l’animal et vous). A partir du moment où l’ours perçoit votre présence – ou du moins montre qu’il vous a vu – vous êtes déjà trop près. Alors on investit dans une bonne paire de jumelles et un objectif photo approprié.

Ne jamais courir

N’encouragez pas l’ours à vous poursuivre. De toute façon, il court plus vite que vous. Si l’ours a perçu votre présence, parlez calmement et faites demi-tour en reculant lentement. Gardez le contact visuel avec lui pour pouvoir observer son comportement. Une fois que vous êtes loin, attendez un peu qu’il parte avant de reprendre le même chemin.

🐻 Je ne prétend pas être une experte des ours, ce sont juste quelques conseils obtenus auprès des locaux, et cela fonctionne avec les ours noirs de l’île. Alors avant d’aller faire copain-copain avec les grizzlis du Yukon, il est préférable de se renseigner auprès des habitants ou de guides expérimentés.

Où et quand observer des ours noirs sur l’île de Vancouver ?

Les ours sont présents quasiment sur toute la surface de l’île. Comme avec tout animal sauvage, il n’y a pas de garantie de voir un ours, il ne nous attend pas sagement dans un coin. Je connais certaines personnes qui ont passé plusieurs mois sur l’île sans en voir un seul. Il y a tout de même certains spots privilégiés. Je ne parlerai que des spots où j’ai eu la chance de les apercevoir.

Les ours sont plus présents de mars à octobre, mais il est possible de les voir toute l’année. Septembre – octobre est la meilleure saison pour les observer près des rivières, tentant de pêcher le saumon.

Port Hardy

A Port Hardy, il y a un super spot bien connu des locaux pour observer les ours, à côté de l’aéroport, et facilement accessible via un sentier qui longe la plage. Demandez à Patricia du North Coast Trail Backpackers Hostel, elle se fera plaisir de vous dessiner un plan pour y accéder. C’était la première fois que je voyais des ours noirs, une maman ours et ses deux petits. Le spot est pas mal car on reste de l’autre côté de la rivière, on est donc hors de portée des ours qui font des allers-retours entre la plage, la forêt et la rivière.
Pour en savoir plus sur Port Hardy, c’est par ici.

Port Alberni – Stamp River Falls Park

Le magnifique Stamp River Falls Park, à 10 minutes en voiture de Port Alberni, est un spot idéal pour observer les ours qui tentent de pêcher le saumon. Septembre – octobre est la meilleure saison. J’y étais fin septembre, et il y avait 6 ours près de la rivière. Le parc est aussi très intéressant pour observer les saumons et les grands arbres centenaires, et il est beaucoup moins fréquenté que son voisin McMillan Park.

De façon générale, les alentours de Port Alberni abritent une forte concentration d’ours. Il n’est vraiment pas rare d’en croiser lors d’une balade ou d’une randonnée.
Pour en savoir plus, lire l’article « Que faire à Port Alberni ? »

Baie de Ucluelet

J’ai eu la chance d’observer une maman ours et son petit lors d’une excursion en kayak dans la baie de Ucluelet, avec Majestic Ocean Kayaking. L’avantage des excursions guidées, c’est de pouvoir bénéficier des connaissances des guides en termes de faune locale, et le kayak est un moyen de transport qui permet d’atteindre des zones reculées de la civilisation, propice à l’observation des animaux sauvages. Ucluelet et Tofino sont des bons points de départ pour aller explorer les îles du Pacific Rim comme les Broken Islands ou Meares Island.

Bon plan : prévoyez l’excursion à marée basse, c’est le moment où les ours se rendent sur la plage pour chercher des crabes.

Pour en savoir plus sur la West Coast de l’île, c’est par ici.

Juan de Fuca Trail

Le Juan de Fuca Marine Trail est un sentier de 47km entre Botanical Beach (Port Refrew) et China Beach (Jordan River), sur la côte sud-ouest de l’île. Les ours sont très présents dans cette région, il n’est donc pas rare d’en croiser sur le trail.

Lors de mon passage, j’en ai aperçu 3, un gros mâle sur la plage, et une femelle et son petit sur le trail dans la forêt. Je randonnais seule à ce moment là, j’essayais de faire du bruit pour signaler ma présence aux ours. J’ai donc inventé une superbe chanson que je me suis mise à chanter pendant au moins 2h sans m’arrêter (oui on devient fou quand on randonne seul, il faut l’accepter). Malgré ça, cela n’a pas traumatisé maman ours qui a continué à mâcher ses berries en me regardant d’un air insolent, et en restant en plein milieu du chemin.

Pour en savoir plus sur le Juan de Fuca Trail, c’est ici.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :