Colombie-Britannique Randonnée

Préparer le Juan de Fuca Trail

De longues plages sauvages, une forêt tropicale dense, des baleines et des ours composent le paysage de ce trek exceptionnel sur la côte ouest.

Le Juan de Fuca Marine Trail est un parcours de randonnée de 47km sur la côte sud ouest de Vancouver Island, entre les plages de China Beach au sud et Botanical Beach au nord. Le trail alterne entre forêts et plages, sur lesquelles il est possible de camper, et il offre parmi les vues les plus spectaculaires de l’île. Son nom vient de détroit Juan de Fuca qui se situe entre la côte ouest de l’île et les US.

Il offre une bonne alternative à son grand frère le West Coast Trail, 75km, s’effectuant sur 5 à 7 jours.

Le Juan de Fuca, pour qui ?
🔸 Ceux qui veulent se préparer sur un trail engageant à faible coût avant de se lancer sur le légendaire West Coast Trail
🔸 Ceux qui rêvent de camper sur les plages du Pacifique
🔸 Les amoureux des rainforests
🔸 Ceux qui n’ont pas peur de la boue
🔸 Les personnes en bonne condition physique (assez pour marcher entre 5 et 7 heures par jour, avec un sac sur le dos)

J’ai emprunté le Juan de Fuca Trail fin septembre, toute seule, lorsque la saison des touristes est terminée et que les ours sont au rendez-vous 🐻. Dans cet article je présenterai quelques conseils pour préparer ce trail et un partage de l’expérience de randonner seule sur ce sentier.

Randonnée

Avant de se lancer sur cette randonnée, n’oubliez pas de vérifier les conditions du trail sur le site de BC parks.

Fiche randonnée :
🔸 Distance: 47km
🔸 Dénivelé : approx. 1800m
🔸 Type : Point-to-Point
🔸 Durée moyenne : entre 3 et 5 jours, 5 à 7 heures de marche / jour
🔸 Trailheads : Botanical Beach (Port Renfrew), China Beach (Jordan River)
🔸 Terrain : Plages & Forêt. Echelles, Ponts suspendus
🔸 Particularités : Trail impacté par les marées. Terrain très boueux. Présence des ours selon la période de l’année
🔸 Dormir : sites de camping sur la plage ou en forêt, frais de 10$ par nuit. Pas de réservations

Une des particularités de cette randonnée, c’est quelle alterne entre la rainforest, et les plages sur la côte Pacifique. Les horaires des marées sont donc à prendre en compte, car certaines sections sur la plage sont inaccessibles en marée haute. On peut retrouver les horaires des marées sur ce site.

Botanical Beach est une plage magnifique qui est bien plus intéressante à explorer à marée basse, car c’est à ce moment que vous pouvez voir les « tides pools » piscines naturelles. Je ne spoilerai pas avec des photos, mais cela vaut le détour (surtout par temps ensoleillé).

Ce trail est assez engageant, et la principale difficulté à mon sens est le terrain très boueux dans la forêt, cela m’a énormément ralentie car on passe son temps à éviter les crevasses remplies de boue et essayer de ne pas tomber. En juillet / août le temps étant plus sec cela se sent moins, mais lorsque j’ai emprunté ce trail fin septembre, il avait plu non stop la semaine précédente. Il est important d’être bien équipé et de voyager léger pour être le moins possible déséquilibré par son sac à dos.

Le sentier est assez bien marqué, peu de chances de se perdre. Sur la plage, des gros ballons oranges suspendus aux arbres permettent de retrouver le trail dans la forêt.

Accès au trail

Vous pouvez commencer le trail au nord à Botanical Beach, à Port Renfrew, ou au sud à China Beach (Jordan River). Une bonne option consiste à séjourner à Sooke, petite ville très agréable, au sud de Jordan River.

Une navette effectue les trajets entre Victoria et Port renfrew, (et inversement), et s’arrête aux points suivants : 
🔸 Sooke
🔸 China Beach
🔸 Sombrio Beach
🔸 Parkinson creek
Ces nombreux accès via les parkings donnent la possibilité d’adapter le trail et de ne marcher que sur certaines sections.

Pour ma part, je venais du Nord et j’ai séjourné à Port Renfrew la veille de commencer le trail. J’ai choisi de garer ma voiture au sud du trail et de remonter vers le nord jusqu’à Port Renfrew, où j’ai pris la navette en direction de Victoria. J’ai ensuite repris ma voiture et j’étais toute proche de Sooke, où je retrouvais une amie pour le week-end.

⚠️ J’ai effectué ce trail en basse saison touristique, mais de mi-juin à mi-septembre il vaut mieux réserver sa place dans la navette quelques jours à l’avance.

Si vous souhaitez commencer votre trail à Chin Beach pour ne faire que 2 jours de marche jusqu’à Botanical Beach, et ainsi éviter la section la plus difficile entre Bear Beach et Chin Beach : un sentier descend dans la forêt de la route jusqu’à Chin Beach, sur environ 2 km. 

Le sentier n’est pas balisé, mais une fois que vous êtes dessus il est facile à suivre jusqu’à la plage. Depuis la route, voici les coordonnées GPS (approximatives) du début du sentier: 48.4787309,-124.24381. Vous n’aurez qu’à garer votre voiture le long de la route. Pensez à réserver la navette qui part de Port Renfrew, en choisissant China Beach, à la date à laquelle vous pensez finir votre trail. Les navettes partent de Port Renfrew en fin d’après midi. En prenant la navette pensez à prévenir le chauffeur qu’il devra vous déposer le long de la route au niveau de Chin Beach et non au parking de China Beach. Guettez votre voiture pendant le trajet et ça devrait être tout bon.

Description du Parcours par section

Pour télécharger la carte, c’est par ici

Ma description ci-dessous n’est qu’un exemple. Selon son rythme on peut ajouter ou supprimer des jours de marche :

JOUR 1 : China beach trailhead → Bear Beach Campsite – 9km
Petite journée pour commencer, seulement 9km, comptez environ 4 heures de marche.
La magnifique plage de Mystic Beach, avec sa cascade, vaut à elle seule le détour. D’ailleurs, beaucoup de personnes ne marchent pas sur le Juan de Fuca mais viennent profiter de la plage en journée, elle est assez fréquentée, et pourtant j’y étais hors saison touristique.

JOUR 2 : Bear Beach → Chin Beach Campsite – 12km
Cette deuxième journée est la plus difficile, car cette partie du trail est la plus engageante. Attendez-vous à beaucoup de ups & downs, des échelles, des passages de petites rivières à traverser.

JOUR 3 : Chin Beach Campsite → Little Kuitshe Creek Campsite – 12km
Sans conteste ma journée préférée. Sombrio Beach est paradisiaque, il y a 2 magnifiques ponts suspendus à traverser, des cascades se jetant dans le Pacifique. J’ai mis environ 6h, mais avec beaucoup de pauses snack et photos.

JOUR 4 : Little Kuitshe Creek Campsite → Port Renfrew – 16km
J’ai trouvé cette section un peu moins inétressante que les autres. Peut-être la fatigue defin de parcours s’est faite sentir. La rencontre avec 3 ours a cependant fortement embelli cette journée.

À ne pas manquer : les tides pool de Botanical Beach

Attention, la distance entre Little Kuitshe et Botanical Beach n’est que de 14km, mais pour ceux qui souhaitent rejoindre le centre de Port Renfrew, il faut marcher environ 2 km de plus (au bord de la route). Bonne nouvelle cependant, vous pouvez aller fêter la fin du trail avec une bonne bière au Port Renfrew Pub.

Camper sur le Juan de Fuca

Il n’y a pas besoin de réserver les nuits sur les campements du Juan de Fuca. On est sur un principe de premier arrivé, premier servi. D’où l’importance de commencer les journées de marche assez tôt, pour ne pas se retrouver dans les derniers à arriver au campement.

Les frais sont de 10$ par nuit, à glisser dans une enveloppe et déposer à chaque site de camping où vous restez dormir. Pensez donc à prévoir du cash. Il est également possible de payer en ligne via ce site, je n’ai jamais testé.

J’ai particulièrement apprécié Little Kuitsche Creek Campsite. Certes le campement est dans la forêt, mais une petite plage de rochers est accessible via un sentier qui descend à pic. Nous étions seulement 4 sur le campement. J’ai assisté au coucher du soleil sur cette plage en compagnie d’un australien et de deux canadiennes venues d’Alberta, et le temps était assez clair pour qu’on distingue facilement les US et le Mont Olympe.
Camper sur la plage, à Bear Beach ou Chin Beach est aussi paradisiaque.
Mystic Beach est un peu trop fréquentée à mon goût, mais elle est magnifique avec sa cascade.

Quoi emporter ?

🔸 Des vêtements de randonnée waterproof. Une bonne veste imperméable est indispensable sur ce trail.
🔸 Des chaussures de randonnée waterproof et des guêtres pour se protéger de la boue : je n’ai pas pris de guêtres, seulement mes chaussures plus très étanches et des rain pants (pour les frenchies, 5€ chez Décathlon, imbattable !).
🔸 Des chaussettes de rechange, car elle risquent d’être vite mouillées !
🔸 Des bâtons de randonnée : je n’en ai pas pris, car je déteste avoir les mains encombrées quand je marche, mais pour ce type de terrain très glissant je les recommande fortement. J’ai opté pour le bout de bois trouvé en forêt, aussi utile pour faire du bruit et signaler ainsi ma présence aux ours.
🔸 Une tente waterproof : cette fois là je n’étais pas très bien équipée. Je n’avais pas pu prendre toutes mes affaires de camping de France, et, en attendant d’acheter une bonne tente en promotion, je me suis dirigée vers le premier prix de Canadian Tire en pensant que ca ferait le taf pour quelques jours. Ce n’était pas le cas : pas du tout étanche, et trop petite pour un adulte, je devais dormir en diagonale. Que de joie de se réveiller avec les pieds et le sac de couchage mouillés.
🔸 Les indispensables matelas de sol et sac de couchage (les plus légers possibles).
🔸 De la nourriture déshydratée et des snacks pour 4 jours. On peut en trouver chez MEC ou Canadian Tire.
🔸 Des pastilles micropur pour traiter l’eau, ou une gourde filtrante : il n y a pas d’accès à l’eau potable sur les sites de camping du trail. Vous pourrez prendre l’eau dans les criques, il y en a tout du long.
🔸 Une couverture de survie, très légère, à prendre pour toute randonnée, qu’elle soit sur plusieurs jours ou non.
🔸 Kit 1er secours
🔸 Une lampe frontale
🔸 Un couteau, voire un couteau suisse 
🔸 Un réchaud si vous ne voulez pas manger froid tous les jours, et parce qu’un bon café / thé pour commencer la journée de marche ça change tout
🔸 Les horaires des marées avec vous, et une carte du trail, soit papier, soit que vous aurez téléchargée à l’avance sur votre téléphone (alltrails, maps.me). Vous n’aurez pas de connection internet sur le trail.
🔸Optionnel – Une boîte hermétique pour transporter la nourriture, en raison des ours
🔸Optionnel – mais indispensable pour moi, des jumelles : vous aurez la possibilité d’apercevoir de nombreux phoques, peut être des ours, et avec un peu plus de chance des baleines et des orques qui passent par le détroit Juan de Fuca.

Et rappelez vous la règle ultime de tout randonneur qui prépare son sac : quand on hésite, on ne prend pas.

Road Trip sur Vancouver Island

Expérience

Randonner seul.e sur le Juan de Fuca

J’ai entrepris cette randonnée seule, et comme a chaque fois, je suis poussée par une envie de me dépasser et une certaine paix intérieure. Certains font de la méditation, d’autres lisent des bouquins de développement personnel ou multiplient les pratiques sportives, certains ne se retrouvent jamais vraiment seuls avec eux-mêmes. Moi, pour re.trouver la sérénité, je n’ai besoin que de mes jambes et d’un coin de nature à proximité.

Cette fois, ce sera dans la rainforest, à proximité de l’océan, que j’essaierai de faire du nettoyage dans mes pensées et de laisser derrière moi les doutes et déceptions. En France par exemple. Après mon départ de Paris, et avoir passé quelques jours sur cette île seule, je sais que c’est en marchant sur ce trail que je retrouverai mon énergie, jusque là enfouie dans la boue de Vancouver Island. J’ai également prévu quelques jours après le trail d’aller faire du woofing, et ainsi apprendre à travailler la terre, ce qui me tient tout autant à coeur que d’explorer la planète.

Je me mets donc en marche sur le Juan de Fuca.

Randonner seul.e nécessite bien sûr de prendre des précautions. Mais si vous ne vous êtes jamais lancé.e.s seul.e.s, ce trail est une bonne option : 
🔸 Peu de chances de tomber dans un ravin où on ne vous retrouve jamais, comme sur une randonnée en montagne. Le risque de tomber existe toujours bien entendu, et vous pouvez être certains que vous allez finir étalé dans la boue à un moment donné. 
🔸 Le trail est assez fréquenté, du moins en haute saison (de mi-juin à début septembre).
🔸 Il est également plutôt bien marqué, ce qui laisse peu de chances à un égarement en pleine forêt.
🔸 Les différents campements et accès aux parkings tout au long du trail permettent d’adapter la longueur de la randonnée et d’écourter le trail si besoin, et surtout de trouver des personnes en cas de problème, notamment celles qui se rendent sur la plage à la journée. Ceci n’est pas le cas de tous les chemins de longue randonnée. 

Des compagnons tout au long du trail 🐻

Selon la période de l’année, les ours sont présents le long du sentier. On peut s’en apercevoir à leurs excréments qui sont facilement identifiables (ils se nourrissent de baies rouges).

Pour en savoir plus sur les ours noirs de Vancouver Island, c’est ici.

J’ai eu la chance de rencontrer 3 ours, dans la même journée. Le premier ours, un mâle, énorme, est sorti de la forêt pour chercher des crabes sur la plage lorsque je faisais une pause snack. J’étais assez impressionnée, car c’était la première fois que je voyais un ours sans qu’il n’y ait d’obstacle entre nous comme une rivière. Bien qu’il ait été vraiment loin de moi et qu’il y ait peu de chances qu’il me confonde avec un crabe, je ne faisais pas la maligne et je tenais un gros bâton à proximité, juste au cas où (comme si ça pouvait m’aider…). Lorsqu’il est retourné dans la forêt, je suis restée plusieurs minutes à attendre avant d’emprunter le même chemin pour retrouver le trail.

La deuxième rencontre a été encore plus surprenante. Je marchais sur le sentier en chantonnant (oui quand on est seul il faut s’occuper) lorsque j’ai entendu et vu des buissons bouger, un peu plus loin sur le sentier. Trop gros pour être un mignon petit écureuil. Une maman ours et son petit, mangeant des baies. Elle m’a entendu et levé la tête vers moi. Ils étaient près, elle aurait pu facilement m’atteindre. J’ai attendu sans bouger, elle est retournée à son festin sans m’accorder plus d’importance. Ok maman ours, je vais te laisser bouffer tranquille. J’ai fait lentement demi-tour tout en gardant un oeil sur elle.

Retrouvez plus d’aventures sur Vancouver Island

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :